Site de l'académie de Versailles

Accueil > Partenariats > Réseaux sociaux : risques et mérites

Réseaux sociaux : risques et mérites

vendredi 6 octobre 2017 par Marie-Claude NINNIN, infirmière

Suite aux interventions de l’organisme « Olympio » pour les classes de Seconde sur le thème de l’utilisation des réseaux sociaux :

Chers parents,

Les élèves de seconde ont eu, fin septembre 2017 , une intervention par classe par l’organisme « Olympio » sur le thème de l’utilisation des réseaux sociaux sur internet :

Réseaux sociaux : risques et mérites - « Tous égo »

Comment avoir un comportement responsable et adapté ? Savoir se protéger : protéger ses informations personnelles et veiller à son identité numérique, vie privée, droit à l’image…
Pourquoi aurait-on autant besoin de parler de soi sur son compte ?

Le professionnel intervenant a pu interpeller les jeunes sur ces différentes questions au travers de ce sujet et objet qui prennent place dans leur vie et dans nos vies quotidiennes.
Il soulève avec eux les problèmes que cela peut poser face aux potentialités et intérêts apportés autant qu’aux possibles risques de dérapage.

En plein développement du numérique, les réseaux sociaux suscitent des réactions souvent contrastées, ils peuvent être de formidables outils de communication et favoriser des relations sociales positives, à l’inverse : parler trop de soi, afficher sa vie, parfois son intimité...révèle à l’excès un exhibitionnisme tourné vers soi plutôt que vers les autres.
D’où le titre de l’animation « Tous égo » qui invite les jeunes à réfléchir sur cette notion d’ « égo »centrisme et d’individualisme qui peut être l’un des dérapages .
En parallèle : « Tous égaux » Égaux dans nos droits et nos devoirs : réflexion autour du respect, des différences, la tolérance...positionnement de la loi face au non respect des droits fondamentaux, y compris sur les réseaux sociaux.

Les jeunes oublient souvent sur Internet les règles de bon sens, les principes de précaution ou de respect de soi et des autres. Les parents sont principalement les premiers acteurs pour accompagner leurs enfants dans la mise en pratique de ces règles qui, à la fois les protègent eux-mêmes, mais aussi les rendent responsables du respect d’autrui.
Cette question débouche inévitablement sur le thème du cyber-harcèlement.

Le cyber-harcèlement est défini comme « un acte agressif, intentionnel perpétré par un individu ou un groupe d’individus au moyen de formes de communication électroniques, de façon répétée à l’encontre d’une victime qui ne peut facilement se défendre seule ».

Le cyber-harcèlement : Comment en repérer les signes ?

Si le jeune n’en parle parle pas, il est très difficile de repérer la souffrance que cela peut occasionner .
De manière générale, certains signes peuvent alerter :
Anxiété, crainte , faible estime de soi, commentaires négatifs, plaintes récurrentes, baisse d’intérêt pour les activités, troubles du sommeil, fatigue, retards, oubli de matériel, baisse des résultats scolaires, absences, menaces (se faire du mal ou faire mal aux autres), isolement du groupe, repli sur soi...

Que faire quand on est victime de harcèlement sur les réseaux sociaux ?

En parler !

- Aux parents, à un adulte de confiance, aux professionnels du lycée (infirmière, AS, tout adulte de la communauté éducative) .

- Écouter le jeune : apporter un soutien pour éviter qu’il ne culpabilise.

- Lui conseiller d’éviter de répondre aux messages blessants et de bloquer tout contact avec ses harceleurs .

- Rassembler les éléments concrets : enregistrer et imprimer les éléments concrets constitutifs du harcèlement (captures d’écrans des messages injurieux, photos, sms, emails…).

- Signaler le contenu : la plupart des sites utilisés par les jeunes proposent des options de signalement des individus malveillants ou des contenus inappropriés. Si le contenu n’est pas rapidement supprimé par le site, contactez le numéro vert national Net Ecoute 0800 200 000 / educnat@netecoute.fr pour accélérer la procédure.

- Informer l’équipe éducative du lycée : les harceleurs sont peut-être des élèves.

- Porter plainte si nécessaire : seuls les représentants légaux de la victime mineure peuvent aussi avec elle entamer des démarches de nature judiciaire afin d’identifier le harceleur et/ou de voir engager des poursuites pénales. Bien que le cyber-harcèlement ne soit pas une infraction réprimée en tant que telle par la loi française, l’auteur d’actes accomplis à cette fin est susceptible de voir sa responsabilité engagée sur le fondement du Droit civil, du Droit de la presse ou du Code pénal.
Sources : http://www.nonauharcelement.education.gouv.fr/

Pour lutter de façon plus large contre le harcèlement - campagne nationale de sensibilisation :

« NON AU HARCÈLEMENT » N° d’appel gratuit : 3020

Voir en ligne : l’organisme "olympio"


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Le site du LGT Galilée CERGY (académie de Versailles)
Directeur de publication : Danièle Montagné, Proviseure